Musées pétersbourgeois : l’Ermitage, Fabergé & les jeux d’arcade soviétiques

  • Le musée Fabergé :

C’est le premier musée que j’ai visité à St-Pétersbourg. Il faut dire que le travail d’orfèvre de Fabergé m’a toujours fasciné, surtout les œufs de pâques qu’il fabriquait pour les tsars…  J’avais regardé un très beau reportage sur Arte à ce sujet il y a quelques années, je ne pouvais donc pas manquer cette visite à St-Pétersbourg, qui est la ville de naissance de Karl Fabergé !

1
En arrivant à l’étage du Musée Fabergé – Broken Boussole ©

Le musée a ouvert ses portes en 2013, et il est situé dans le palais Chouvalov qui a été rénové pour l’occasion. Je dois avouer que la mise en scène est somptueuse (comme tout à St-Pétersbourg) ! Je n’ai pas pu résister en apercevant les œufs depuis l’escalier, j’ai commencé par cette salle bien qu’elle ne soit pas la « première salle à visiter » pour respecter l’audioguide (que de toute façon je n’ai pas pris, CF. plus bas).

2,
La salle bleue, Musée Fabergé – Broken Boussole ©

Les œufs sont sobrement disposés dans des vitrines individuelles disséminées dans la magnifique salle bleue. Il s’agit de la plus grande collection d’œuvres signées Fabergé, mais le Kremlin de Moscou possède aussi une très belle collection d’œufs dans le Palais des Armures.

 

Quelques œufs de Fabergé exposés, cliquez sur les photos pour agrandir – Broken Boussole ©

Outre cette salle, le palais Chouvalov contient énormément de richesses (dans tous les sens du termes) : des icônes sublimes, des boites à tabac ou à bijoux, des services à thé, le tout en or, argent, diamant, saphir, améthyste…

11
La salle des icônes russes du Musée Fabergé – Broken Boussole ©

C’est un vrai bonheur de déambuler ici dans ses petites sur-chaussures en plastique. Et oui, en hiver on ne rentre pas avec ses chaussures pleines de neige et de produits dégivrants chimiques 😉

10
La salle rouge du Musée Fabergé – Broken Boussole ©

L’entrée sans audioguide et sans visite guidée coûte 450 roubles (6,4€). Sachez qu’il y a des guides papiers disponibles dans les salles (en russe ou en anglais), à rendre à la fin de la visite.

  • Le musée des jeux d’arcade soviétiques :

Pour un musée décalé, bien décoré, avec des reliques qu’on peut toucher, c’est ici que ça se passe ! En arrivant, j’ai tout de suite compris que ça allait me plaire. Le ticket d’entrée coûte 450 roubles (6,4€), en échange on récupère une petite boite d’allumettes remplie de kopeck de 15 centimes !

13
Le musée des jeux d’arcade soviétiques – Broken Boussole ©

Attention, interdiction de les emmener en souvenir. Si comme moi vous n’êtes pas bilingue russe et que vous n’étiez pas né(e) pendant l’époque soviétique, mieux vaut demander le guide en anglais ! Chaque machine est prise en photo avec un texte qui explique comment y jouer.

14
Les jeux d’arcade soviétiques sont répartis sur 2 niveaux – Broken Boussole ©

Il y en a pour tous les goûts sur 2 étages : les jeux à 2 sont très sympa, le hockey et le basket notamment. Pour les jeux individuels, je n’ai riiiiiiiiiiiien compris à certaines machines, mais de toute façon bizarrement c’est au tir aux pigeons que j’ai été la plus douée !  Enfin, pigeons c’est vite dit, en fait il s’agissait de cibles rondes ou de gibier selon la machine.

15
Une petite soif ? – Broken Boussole ©

Si vous avez une petite soif, il y a d’antiques distributeurs de Kvas et limonade à l’entrée ! Il y a aussi un photomaton sympa et vous pouvez boire un verre et profiter du wifi dans une ambiance bonne enfant. Pierre le Grand et Catherine sont d’ailleurs venus se poser à coté de moi pendant leur pause 😉

  • L’Ermitage 

Bon, c’est la première chose que je voulais faire à St Pétersbourg : visiter le musée de l’Ermitage, celui qui possède la plus grande collection au monde et qui est installé dans le Palais d’Hiver des Tsars (Ok, en vrai il y a d’autres bâtiments annexes, le Palais d’Hiver est trop « petit » étant donné la quantité d’œuvres réunies). Mais je me suis dit que le week-end ça devait être blindé de monde. Le lundi c’est le jour de fermeture hebdomadaire, et c’est comme ça que j’ai patienté jusqu’au mardi pour venir. Il y avait beaucoup de monde, mais avec de la patience (beaucoup de patience) on peut parfois se retrouver seul(e) – enfin avec les gardiens – dans de sublimes pièces, comme la salle Malachite.

16
L’entrée de l’Ermitage – Broken Boussole ©

C’est en glissade que j’ai traversé la place du palais (les pavés noirs sont très glissants…beaucoup plus que les gris), à l’ombre de la colonne Alexandre car ce jour-là j’ai aperçu le ciel bleu pour la première fois de mon voyage. En entrant par la place, les automates pour acheter des billets se situent à gauche et à droite tout de suite en entrant dans la cour. Mais à cette période (avec une arrivée à 13h un mardi 6 février), il n’y avait pas d’attente aux guichets.  Au tarif plein, le billet coûte 700 roubles (9,9€) mais comprenez une chose : vous ne pourrez pas tout voir. Il faudrait des mois entiers à arpenter le musée pour commencer à le connaître, sans compter toutes les œuvres qui ne sont pas exposées au public… En 5h de visite, j’ai eu la très nette impression de survoler les pièces où je suis passée. Il n’empêche qu’en si peu de temps j’ai découvert des salles somptueuses, et ce sont ces découvertes que je vais partager avec vous via des photos 😉 PS : toutes les salles que je vais citer sont au 1er étage du musée !

  • L’escalier du Jourdain

Il y a de nombreux escaliers qui permettent de vadrouiller entre le rez-de-chaussée, le 1er et le 2ème. Mais je vous conseille de prendre l’escalier du Jourdain pour commencer votre visite. Il est en marbre et son plafond vaut aussi le détour : Cf. la première photo de cet article.

17
Tapis rouge sur marbre blanc, escalier du Jourdain – Broken Boussole ©
  • La salle malachite 

Il s’agit de la salle 189 au 1er étage, comme son nom l’indique, de nombreux éléments sont composés du minéral vert. J’ai attendu (15 minutes) que les visites de groupe sortent pour pouvoir prendre la salle vide.

27
Colonnes et mobilier dans la salle malachite – Broken Boussole ©
28
La salle malachite – Broken Boussole ©
  • Le Pavilion Hall

Le Pavilion Hall correspond à la salle 204, c’est ici que l’horloge du paon s’anime. Si vous n’avez pas l’occasion d’y aller spécialement le jour et l’heure où l’horloge est remontée pour s’animer, sachez qu’une vidéo est visible juste à coté de la cage en verre. De même, il y a des captures de l’événement sur Youtube 😉

18
L’horloge du paon dans la salle pavilion hall – Broken Boussole ©

Outre l’horloge, j’ai adoré cette salle blanche avec ses colonnes et ses lustres.

19
Pavilion Hall – Broken Boussole ©
  • La salle 305

Je n’avais pas vu qu’il n’y avait pas le droit aux photos dans cette salle, mais comme je n’utilisais pas le flash, la surveillante m’a laissé en prendre une. Je me suis confondue en excuses en russe, et du coup, j’ai même eu le droit à un sourire 😉

24
La salle 305 – Broken Boussole ©
  • Le Boudoir

Le boudoir est dans la salle attenante à la salle 305, d’une sublime salle à une autre, il n’y a qu’une porte 😉

25
Le boudoir – Broken Boussole ©
  • St George Hall
21
Le trône de St George hall, salle 198 – Broken Boussole ©
  • The Armorial Hall
22
Les colonnes sont reconnaissables à leur couleur or – Broken Boussole ©
  • La salle 227
20
La salle 227 et les collections italiennes – Broken Boussole ©

Et pour finir en beauté, une autre de mes pièces préférées : la bibliothèque du Tsar Nicolas II :

26
Je rêve d’avoir la même pour pouvoir enfin bien ranger mes centaines (milliers ?) de livres – Broken Boussole ©

Bien entendu, j’ai beaucoup aimé les collections d’antiquités égyptiennes, grecques & romaines au rez-de-chaussée, tout comme les collections italiennes du 1er étage. Mais ces quelques photos devraient être suffisantes pour vous donner envie de visiter ce musée ! D’ailleurs, c’est un vrai labyrinthe, impossible de m’y retrouver sans le plan et pourtant je suis assez douée en orientation ! Alors, pour information, plans gratuits à l’accueil et les numéros des salles sont indiqués au-dessus des portes.

J’espère que cette petite visite culturelle vous aura plu 😉 Bientôt je vous ferais découvrir le théâtre Mariinsky & le Palais Ioussoupov !

2 commentaires sur « Musées pétersbourgeois : l’Ermitage, Fabergé & les jeux d’arcade soviétiques »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s