1 mois en Russie : excursions au cœur de la Sibérie en plein hiver

Excursion n°1 : une journée à Listvyanka avec baptême en chiens de traîneau !

Une excursion en groupe… Je crois bien que c’est la première fois que je m’offre ce genre de sortie depuis que je voyage. Et pour le coup j’en ai fait 3 ! J’aime pouvoir être mobile et indépendante, donc souvent je loue une voiture et je me promène sans guide (et sans groupe… oui oui, je suis traumatisée par la vue de groupes de 50 personnes qui suivent un parapluie de 8h à 20h…). Ici, je ne pouvais pas me permettre de faire ça. Premièrement, je n’ai absolument pas l’habitude de conduire sur la neige et le verglas, et encore moins sur les « routes » sibériennes. Deuxièmement, si j’avais été bilingue russe, les visites en indé auraient été envisageables. Ça n’est pas le cas, et la population anglophone est très faible en Russie. Etape « acceptation de visite en groupe » : OK.

Et là, 2 problèmes se posent : les tarifs et le fait de voyager en solo. Ayant un peu travaillé dans l’événementiel touristique, je connais à peu près les marges pratiquées par les agences. Mais là je pense que certaines boites abusent vraiment, surtout pour les entreprises francophones. Ensuite, la plupart des agences ont des tarifs fixes, mais certaines proposent des tarifs dégressifs. Le problème quand on voyage seul(e), c’est que sans intégrer un groupe de voyageurs, on doit payer une excursion individuelle et alors là, les tarifs s’envolent.

Après beaucoup de recherches sur internet, sur des blogs et d’innombrables tergiversations, j’ai fini par envoyer un mail à l’agence 52°17 d’Irkoutsk. Leurs tarifs étaient plus abordables que beaucoup d’autres, l’éventail d’excursions proposées m’intéressait, les guides sont anglophones et surtout ils m’ont directement proposé de m’inclure dans un groupe déjà existant de 4 personnes, ce qui divisait le prix des excursions par 2 !

excu 1
L’itinéraire de l’excursion numéro 1

Je me suis donc retrouvée à partir à l’aventure avec 3 américains et 1 néo-zélandais qui étaient en vacances pour cause de nouvel an chinois. Et oui, ils travaillaient tous en Chine ! Pour cette première excursion, j’avais choisi Listvyanka pour une raison précise : la possibilité de faire mon baptême en chiens de traîneau ! J’en rêvais depuis longtemps, c’est chose faite !

Nous sommes partis à 10h du matin en direction de Listvyanka, village situé au bord du lac Baïkal. Il n’y a que 70 kilomètres de route mais le trajet dure environ 1h15. C’est ici que l’expression « montagnes russes » a pris tout son sens pour moi. La route n’est faite que de montées/descentes et c’est assez chaotique.

1
En arrivant dans l’Ostrog – Broken Boussole ©

Notre journée a débuté dans le musée Taltsy. C’est l’un des plus grands musées en plein-air de Russie, et Boris Eltsine l’a fait inscrire au patrimoine culturel russe. De prime abord, ça ressemble à un Kremlin, c’est-à-dire une forteresse en bois. C’est le cas, sauf qu’ici on appelle ça un « Ostrog ». Il date du 20ème siècle et si certains bâtiments ont été reconstruits à l’identique, d’autres sont d’époque !

2
Le ciel ne reflète pas la température 😉 – Broken Boussole ©

Ici nous avons pu entrer dans l’école, accolée à la chambre du professeur, voir une maison cosaque avec la cour typique divisée en 2 parties : le côté propre pour prendre l’air, se reposer, laisser courir les enfants, et la partie sale avec les déchets, la basse-cour…

3
Le garde manger de la maison cosaque – Broken Boussole ©

Nous avons aussi pu visiter des yourtes bouriates, un groupe ethnique vivant en Sibérie. Notez que la république de Bouriatie est rattachée à la Russie, mais j’y reviendrai dans l’article consacré à l’excursion n°3.  A l’intérieur, Maxim notre guide, nous a expliqué qu’à cette époque, les familles russes pouvaient avoir jusqu’à 7 enfants environ. Mais pour les familles bouriates, c’était plutôt 10. D’ailleurs, ils considèrent que s’il n’y a pas 300 ou 400 invités à un mariage, ce n’est pas normal !

A ce moment de la visite, nous étions en train de congeler. Le ressenti était de -31 degrés à cause du vent 😉 Quand Maxim nous a dit « retour à la voiture pour rejoindre le rocher du Chaman », on a kiffé ! → Voiture = chauffage !

Après quelques kilomètres, nous avons enfin aperçu le lac Baïkal ! La perle de Sibérie ! Et à notre grande surprise, le lac n’était pas gelé ! Même lorsqu’il fait -45° comme il y a 3 semaines, le lac ne gèle jamais à l’embouchure de la rivière Angara.

4
La perle de Sibérie ❤ – Broken Boussole ©

C’est ici qu’on trouve le rocher du chaman qui dépasse à peine de l’eau en ce moment. Il est considéré comme sacré par les bouriates. Avant, quand on voulait juger quelqu’un, on le laissait une nuit entière sur le rocher. Si le matin il n’était pas là, c’est que les esprits étaient venus l’emporter. Et s’il était toujours là, c’est qu’il était tellement mauvais que les esprits n’en voulaient pas. Double peine ! CQFD 😉

5
Le rocher du Chaman, au milieu de l’eau et sous la neige – Broken Boussole ©

Après ce premier arrêt au bord du lac, nous avons visité l’église qui a été construite par un homme ayant survécu à une tempête en traversant le lac Baïkal. Il avait promis de construire une église de ses mains s’il survivait. Rappelez-vous, lors de mon séjour à St Pétersbourg, j’avais expliqué que Nicolas était le saint des marins 😊

6
L’église St Nicolas – Broken Boussole ©

Après cette jolie parenthèse, il était grand temps d’expérimenter le chien de traîneau. Personnellement je ne tenais plus en place… Nous sommes arrivés dans le centre familial de Listvyanka. Malheureusement personne ne parle anglais ici, ce qui m’a convaincu par la suite de ne pas partir en excursion à la ½ journée… Ben oui, comment on fait pour poser des questions et discuter quand on ne parle pas russe ? 😉

7,
Les niches colorées – Broken Boussole ©

Quand Maxim a demandé qui voulait commencer, personne n’a répondu tout de suite, du coup j’ai sauté sur l’occasion. Je m’attendais à un traîneau « cocon », que nenni, un simple coussin sous les fesses et pas de barrières extérieures :’) Les américains ne s’attendaient pas à ça car apparemment ça n’est pas comme ça chez eux, mais Maxim leur a dit que c’était le confort à la russe 😉

7
Eux aussi ils trépignaient d’impatience ! – Broken Boussole ©

Ça ne m’a absolument pas dérangé. J’étais même tellement contente et en confiance que je ne me suis pas tenue. Résultat au premier virage en épingle j’ai failli m’envoler dans la taïga ! Heureusement j’ai de bons réflexes… Ce quart d’heure est passé bien trop vite mais j’ai adoré l’expérience ! ça devait se voir à ma tête car le musher était mort de rire. Il m’a proposé de me prendre en photo avec les chiens, j’ai pu les caresser et je n’ai pas arrêté de le remercier en russe.

 

En plein kiff dans la taïga sibérienne… – Broken Boussole ©

Maxim m’a expliqué qu’ici les propriétaires faisait des tours touristiques pour pouvoir payer les frais et participer à des courses à travers le pays. Quand on voit toutes les coupes qu’ils ont dans la maison… Leur rêve c’est d’ailleurs de faire l’Iditarod, cette course en Alaska de presque 1800 kilomètres. Il m’a aussi dit que les chiens couraient beaucoup plus vite le matin qu’en début d’aprèm ou fin de journée. C’est pour ça que l’agence cale les tours à la mi-journée, pour être « entre deux vitesses ». Perso j’aurais bien aimé faire mon tour à 8h du matin 😉

 

Un court extrait ? Aucun problème 🙂 C’est pas comme si le wifi m’avait fait ramer pendant 45 minutes pour que j’arrive à charger la vidéo 😉 – Broken Boussole ©

Après toutes ces émotions nous avons mangé dans une cantine au bord du Baïkal – le Staraya Pristan – et je dois avouer que j’ai vraiment bien choisi mes plats… D’ailleurs les américains ont fait une deuxième commande pour goûter la même chose.

11
Manger, ma grande passion 😉 – Broken Boussole ©

J’ai choisi du poulet grillé avec un mélange de tomates et fromage fondu dessus et des galettes de pomme de terre à la crème fraîche… Addition avec la bouteille d’eau ? 4€.

Ensuite nous avons visité le marché aux poissons et souvenirs juste à côté, c’est le seul truc que je n’ai pas apprécié. Il a fallu passer à tous les stands pour être politiquement correct, et ils vendaient tous la même chose. Je n’ai rien acheté, mais les souvenirs typiques du Baïkal ce sont les sculptures d’animaux et les pierres précieuses. Les poupées russes sont typiques de Moscou, et beaucoup viennent de Chine d’après Maxim. Moi je n’attendais qu’une chose : pouvoir marcher sur le lac Baïkal gelé. Ce que j’ai d’ailleurs fait !

12
L’omoul, le poisson du lac Baïkal qui se mange à toutes les sauces – Broken Boussole ©

Et avec des après-skis, ça glisse ! Pour info, le lac fait 1,6km de profondeur, c’est le plus profond du monde. Imaginez un peu, c’est 2 fois la taille de la tour Burj Khalifa à Dubaï !

13
Oui oui, sous la neige c’est bien le lac – Broken Boussole ©
14
Une vraie patinoire ! – Broken Boussole ©

Pour clôturer cette très belle journée, nous avons fait du sport… avant de découvrir un sublime panorama pendant le coucher de soleil. Il y a une station de ski à côté de Listvyanka, sur Chersky Peak. Le sommet est à un peu plus de 2000 mètres. Je le sais parce que nous avons dû monter à pied dans la neige… La caisse du télésiège a fermé au moment pile ou nous sommes arrivés pour acheter nos billets. En Russie l’heure c’est l’heure 😉

15
En haut de Chersky Peak, vue sur le lac – Broken Boussole ©

Pendant cette montée, j’ai pu me rendre compte qu’en plus des poils de nez qui congèlent, quand on respire dans son cache-cou et qu’on le retire une fois au sommet, il congèle. Comme les cheveux qui étaient pris dedans ! Après tout, si mon sac à main congèle tout seul quand je me promène… c’est qu’il fait vraiment froid ! Le trajet n’a pas été de tout repos, mais ça valait le coup ! Une fois en haut nous avons eu un super point de vue sur une partie du lac Baïkal 😊

16
Le lac depuis Chersky Peak – Broken Boussole ©

Cette journée d’excursion était TOP ! Je sais que je vais recevoir des messages privés me demandant le prix. Je vais donc le donner ici : 6500 roubles, soit 93€. Si c’était à refaire ? Oui sans hésitation ! Si cet article vous a plu, attendez le prochain sur l’excursion de 3 jours à Olkhon Island.

Excursion n°2 : 3 jours sur l’île d’Olkhon, au milieu du lac Baïkal

Olkhon Island figure sur la liste des incontournables à faire lorsqu’on est près du lac Baïkal. Si la place Rouge est le lieu le plus photographié de Russie, le deuxième lieu le plus souvent immortalisé est le rocher Shamanka sur l’île d’Olkhon ! Ayant lu beaucoup de récits de voyageurs, je voulais absolument m’y rendre. Au début, j’avais prévu de trouver moi-même l’hébergement sur Olkhon puis de m’y rendre en bus. A lire tous les carnets sur internet, j’avais l’impression qu’il n’y avait que 2 « hôtels » sur toute l’île, alors qu’en fait il y a pas mal de possibilités. L’établissement que j’avais contacté n’a pas répondu à la seule question posée dans mon mail, et me proposait des dates qui ne me convenaient pas. MAIS, mon salut est venu du même groupe d’américains/néo-zélandais rencontrés à Listvyanka, qui avaient prévu de faire une excursion de 3 jours, toujours avec 52°17. J’ai donc partagé une fois de plus un séjour avec eux, et une slovaque s’est aussi greffée au groupe. Je ne le savais pas encore, mais je venais de rencontrer la fille la plus crade que j’ai jamais vu, et c’est avec elle que j’allais partager la chambre de la guest house… #Ambiance

excu 2
L’itinéraire de l’excursion numéro 2

Nous sommes partis d’Irkoutsk au petit matin car il faut environ 5/6 heures de trajet pour rejoindre l’île d’Olkhon. Ici conduire 6 heures c’est tout à fait normal, c’est un trajet « très court » pour des russes. Que dire de la route ? Elle est assez chaotique au début et carrément horrible une fois sur l’île 😉 Par contre les paysages sont très beaux, on traverse 2 zones différentes : la steppe et la taïga. La superficie de l’Oblast d’Irkoutsk est plus grande que la France, mais seulement 2 millions de personnes y vivent. A Olkhon, il y a moins de 2000 habitants !

1 1
Mes nouvelles potes sibériennes 😉 Les chevaux et les vaches sont en liberté ici – Broken Boussole ©

J’étais tellement fatiguée à ce moment de mon voyage que j’ai réussi à m’endormir sur la « route ». Ceux qui ont fait ce trajet comprendront que j’étais vraiiiiiiiiiiiiiiiment crevée pour pouvoir piquer du nez dans ces conditions 😊 C’est le premier stop qui m’a réveillé. En ouvrant les yeux je me suis retrouvée face à un magnifique cerf !

Chaque district possède un animal « secret ». A Bayandaevski il s’agit d’un cerf mais pour le district d’Olkhon, c’est un aigle.  Dans la culture bouriate, il faut faire des offrandes aux esprits : cigarettes, alcool, argent, nourriture… Apparemment les esprits aiment les mêmes plaisirs que les hommes 😉 Cette tradition m’a un peu rappelé la pachamama en Argentine, dans le sens ou nous devons faire des offrandes à la terre. Ce jour-là nous avons offert de l’alcool aux esprits. Pour ça il faut tremper l’annulaire de la main droite dans un verre (ou une bouteille) et jeter une goutte vers les 4 points cardinaux. Après, vous pouvez boire le verre ou le verser par terre pour les esprits, au choix 😉 Perso, la vodka à 9h du matin je ne peux pas.

2 2
Le cerf & le serga de Bayandaevski – Broken Boussole ©

La construction en bois que vous voyez à côté s’appelle « Serga » en bouriate. Elle sert à attacher les chevaux. Un des poteaux est pour la famille, l’autre pour les invités et le troisième pour les esprits. Les écuries bouriates sont d’ailleurs construites sur le même principe, on réserve toujours une place aux esprits. On y accroche des rubans colorés pour faire des vœux et quand ils se décrochent les vœux s’accomplissent 🙂

Après cette découverte culturelle nous avons fait une pause dans une yourte restaurant. Pour 2€ j’ai eu des œufs au plat et un tcheburek au fromage : mon kiff du moment. C’est un pain frit fourré au fromage (ou à la viande) et ça ne coûte rien !  Répétition de l’excursion n°1, après avoir vu mon assiette, les américains ont fait une 2ème commande 😉

3 3
Après l’effort, le réconfort – Broken Boussole ©

Puis nous avons grimpé en haut d’une montagne sacrée, qui n’a pas de nom. Mais je peux vous dire que j’en ai chié ! On a escaladé une montagne mi- enneigée mi- caillouteuse. Le genre de montagne ou tu crois pouvoir prendre appui sur une énorme pierre qui va en fait s’effriter à ton contact…  ça ne faisait que 2 jours que mes cuissardes étaient dead, et je n’étais pas encore sûre de l’adhérence de mes après-skis. Galère complète. Mais le panorama valait le coup.

4 4
En haut de la montagne sacrée – Broken Boussole ©

Quelques temps plus tard, nous sommes arrivés sur la seule route de glace officielle du lac. Elle s’étend sur environ 11 kilomètres et permet de rejoindre l’île d’Olkhon en voiture lorsque le lac est gelé (février/mars). Des piquets délimitent 2 voies, et les panneaux indiquent que la vitesse de circulation se situe entre 10 et 70 kilomètres / heure selon les zones. La sensation est très bizarre ! A chaque plaque de neige ou glace, la voiture tressaute comme si on passait sur un dos d’âne.

Remarquez, ça met en condition pour la suite du trajet… Je crois que je n’ai jamais vu pire « route », je devrais dire piste glacée, qu’à Olkhon. Les bosses et les creux sont hyper violents même à vitesse réduite ! Il nous a fallu plus d’une heure pour rejoindre Khuzhir, le village principal de l’île, situé à environ 30 kilomètres de la route de glace.

5 5
La route principale d’Olkhon – Broken Boussole ©

L’arrivée a été un soulagement pour tous, y compris notre guide Dasha. Pour l’hébergement nous avons été séparés dans 2 Guest House. Les 4 anglophones ont passé leurs nuits chez Olga, et Dasha, la slovaque et moi-même étions chez Igor et Vera Shramko.

Surprise, dans la chambre, nous avions des toilettes mais pas de douche. Ici on utilise uniquement le banya pour se laver. C’est typiquement russe et beaucoup de familles possèdent un banya à l’extérieur de la maison. Concrètement je m’attendais à passer du temps au chaud, à me faire fouetter par des branches de bouleau et à devoir passer sous une douche glacée. Rien de tout ça n’était au programme 😉 Chaque voyageur avait le droit à 15 minutes par jour dans le banya pour pouvoir se laver.

6 6
La deuxième pièce du banya. Après le tuyau d’arrosage en pleine jungle, les casseroles en Sibérie ! – Broken Boussole ©

Ici il y avait 3 pièces : une pièce chaude pour se déshabiller et remplir son seau d’eau froide, une pièce très chaude pour se laver et utiliser des bassines afin de mélanger l’eau froide et l’eau chaude émanant du poêle, et une pièce très très très chaude pour suer et se détendre… Dans cette pièce la température était environ à 90/100° mais ça peut monter plus haut… Je n’ai réussi à tenir que quelques minutes, à chaque inspiration ça me brûlait le nez ! Et je n’ai même pas pu m’assoir sur le banc en bois même avec ma serviette de bain pliée en 4 😀

Après cette première expérience, j’ai réservé le banya pendant 1 heure le lendemain soir moyennant 200 roubles (2,8€). 15 minutes c’était trop rapide 😉

Après ce moment de détente, j’étais attendu pour le repas. Dasha parlant très bien anglais, j’en ai profité pour discuter un peu niveau de vie, salaire, immobilier… Ici un litre d’essence ou de diesel coûte entre 0,5 et 0,6€. Le salaire moyen est de 460€ dans la région. Et un appartement je cite « un peu pourri » coûte environ 21000€ sur Irkoutsk. Le repas était vraiment gargantuesque à chaque fois (CF. article Etape 3 Sibérie Orientale) et Vera est une très bonne cuisinière !

7 7
Un dîner chez Vera – Broken Boussole ©

Au détour de la conversation j’ai appris que notre chauffeur du lendemain n’était pas très chaud pour rouler sur la glace. J’ai d’abord pensé aux émanations de gaz qui rendent la glace plus fragile mais pas du tout. En fait, depuis que le gouvernement a « construit » une route officielle pour rejoindre Olkhon, il est interdit de rouler sur la glace autour de l’île car le gouvernement ne veut prendre aucune part de responsabilité en cas d’accident. Malheureusement il arrive que des véhicules passent à travers la glace et coulent, mais pas dans cette zone du lac. Du coup la police patrouille et aligne les chauffeurs sur la glace, et ce jour-là plusieurs personnes se sont fait « attraper ». Le montant de l’amende est juste énorme ! 50 000 roubles, soit 714€. C’est presque 2 fois plus que le salaire moyen ! Mais Dasha est confiante pour l’itinéraire, elle a l’habitude de travailler avec Igor, notre chauffeur du jour 2.

Et effectivement elle avait raison ! Toute la journée, notre chauffeur a accepté de faire abstraction du risque d’amende. Il faut dire que les chauffeurs d’UAZ ont tous des talkies pour communiquer entre eux. UAZ quesaco ?

8 8
Maintenant je peux dire : « On the ice ! » 😉 – Broken Boussole ©

C’est cette petite fourgonnette soviétique qui se trouve en photo de couverture de l’article. C’est in-cre-vable comme véhicule ! On peut s’y assoir à 10 et d’après Dasha, c’est le seul type de véhicule qui permet de rouler en toute confiance sur les routes d’Olkhon. C’est, je cite, « mieux que les range rover ». Et après avoir été secouée comme un cocotier pendant 8 heures je confirme ! C’est robuste, plus que nos dos !

9 9
 Sortie de grotte à Kharantsy – Broken Boussole ©

Notre journée a débuté au cap Kharantsy. J’ai pris peur en voyant une trentaine d’UAZ en rang d’oignon près du cap et 3 fois plus de touristes autour. Mais notre super chauffeur nous a emmené à l’opposé, dans un endroit où nous étions seuls. Ça a été un vrai bonheur de sortir et de marcher sur le lac Baïkal gelé.

10 10
La glace, ses fissures, ses couleurs… – Broken Boussole ©

Les petits craquements de la glace sous les pieds, la visibilité incroyable à travers 1 mètre de glace, le silence, les grottes de glace à côté, les couleurs du paysage, les glissades de loutre sur le lac… Je ne sais pas ce qui m’a le plus ému, mais ces moments ont été magiques !

11 11
Seule au monde ! – Broken Boussole ©

De toute façon on était tous comme des gosses (pardon pour mes lecteurs québécois mais c’est une expression française 😉).

12 12
Même pas froid… Les gants de ski me manquaient à ce moment-là 😉 Mais il fallait bien les enlever pour cliquer sur l’iPhone et l’appareil 😉 – Broken Boussole ©

 

Sous mes pieds, un mètre de glace et le fond du lac Baïkal [Mettez le son !] – Broken Boussole ©

Nous avons repris notre périple sur la glace et aperçu le rocher du lion et du crocodile ainsi que les « îles blanches » qui sont recouvertes par plusieurs mètres de glace. On a réussi à en escalader une avec Dasha. La glace est tellement lisse qu’on a pu descendre sur les fesses sur ce toboggan naturel !

13 13
Une île blanche ! – Broken Boussole ©

Par la suite, nous avons traversé un paysage lunaire, avec des montagnes de neige et une route défoncée pour nous retrouver face aux ruines d’un ancien goulag stalinien : « Peschanka ». Ce goulag n’était pas fait pour exiler les gens mais pour les punir… Notamment ceux qui arrivaient en retard au travail ou qui étaient pris à voler dans l’usine de poisson d’Olkhon : 1 an de goulag pour un poisson volé, 3 ans pour 3 poissons volés…

 

Les vestiges de l’ancien goulag sous la neige – Broken Boussole ©

Pour achever cette virée en UAZ, nous avons rejoint le cap Khoboy situé à la pointe nord de l’île. Notre chauffeur nous a de nouveau emmené dans un endroit éloigné des dizaines de minibus chinois (ben oui faut le dire ! La Chine c’est quand même pas loin et c’était leur nouvel an, donc ils étaient en vacances) qui voyagent en GROS groupes.

 

Igor, notre fou du volant, juste avant ça il nous a fait faire un triple tour du monde sur la glace 😀 – Broken Boussole ©

Avant de nous laisser faire les gamins, Igor a sondé la glace, et heureusement pour nous ! Il nous a montré à partir de quelle zone nous risquions de passer à travers car ici la glace dégèle et se reforme très souvent, d’où les monticules sur mes photos 😉

15 15
Igor notre sauveur ! – Broken Boussole ©

Visuellement, rien ne différenciait la partie solide, de la partie fragile de la glace ! Il en a profité pour remplir une bouteille d’eau directement dans le Baïkal pour que nous puissions nous désaltérer 😉 Après cette petite mise en garde nécessaire, il est parti préparer notre déjeuner en nous laisser courir et glisser dans les bris de glace.

16 16
La glace formée sur le lac ! – Broken Boussole ©
17 17
Notre UAZ 🙂 – Broken Boussole ©

Il a fallu qu’il vienne nous chercher pour qu’on se décide à aller manger… Oui, faire des selfies à travers des morceaux de glace ça occupe et les briser ça porte bonheur. Je crois que je vais avoir le droit au bonheur pendant longtemps…

 

Si je vous disais que j’ai failli me vautrer en tournant cette vidéo… 😉 [Mettez le son !] – Broken Boussole ©

Mine de rien, il faisait très froid à cause d’un petit vent fourbe, le ressenti était de -27°. C’est donc avec reconnaissance que nous avons pris place dans l’UAZ d’Igor pour déguster un repas maison (omoul, riz, maïs, oignons, tomates, pain, fromage et cookies à la confiture).

18 18
A table !  (dans l’UAZ…) – Broken Boussole ©

Pour digérer, nous sommes bien sûr retournés nous amuser sur la glace…

19 19
Mes pieds, encore 😉 J’ai marché sur le lac quoi ! – Broken Boussole ©

Sur le chemin du retour, nous n’avons roulé que sur la piste mais ça nous a fait découvrir de beaux paysages enneigés : taïga et steppe.

 

Une partie soft de la route… J’en profite pour filmer 😉 – Broken Boussole ©

Une fois de retour à Khuzhir et après avoir chaleureusement remercié Igor, nous avons été admirer le rocher Shamanka. C’est un lieu sacré puisque le rocher Shamanka est considéré comme la capitale du chamanisme. C’est ici que les chamans effectuent leurs rituels.

20 20
Shamanka Rock – Broken Boussole ©

Qu’on y croit ou pas, il est interdit de grimper sur le rocher ou d’emporter des morceaux de roche. Ici 13 poteaux regroupent les vœux des locaux (et parfois des touristes), ces 13 poteaux symbolisent la plus puissante famille des aigles. Je rappelle que l’animal secret d’Olkhon est l’aigle 😉

21 21
L’instant « cute » de la journée – Broken Boussole ©

Le soleil était déjà en train de se coucher lorsque nous avons découvert une usine de poisson abandonnée. Les bateaux pris dans la glace, le soleil sur la neige, les couleurs, tout était parfait encore une fois.

22 22
Oui, je suis sur la glace, les bateaux aussi – Broken Boussole ©

Le dernier jour a été consacré à notre retour à Irkoutsk. Nous avons effectué quelques pauses dans de jolis endroits, mais nous étions tous très calme par rapport à l’aller 😉 Faire les fous sur la glace ça fatigue !

Et puisqu’on m’a posé la question… Comment étais-je habillée pour profiter de cette excursion ? Legging Damart thermolactyl degré 3 + pantalon de ski decathlon. Chaussettes de ski decathlon et après-skis Columbia. Sous-pull damart thermolactyl degré 3 + veste decathlon résistante à -20° + bombers camaïeu + manteau toboggan résistant à -30°. Chapka achetée à St-Pétersbourg + cache-cou + gants decathlon en gore-tex. J’ai eu froid aux joues et aux doigts seulement 😉 Prix de cette excursion ? 214€

Excursion n°3 : le parc national de la Tounka

Cette excursion n’était pas dans mes plans, mais après Olkhon, j’ai demandé à Dasha ce qui était prévu pour la semaine à venir. Un groupe de 5 était déjà formé pour une excursion avec baignade dans une source chaude en bordure de Mongolie. J’avais réussi à caser un maillot de bain dans mon petit sac de voyage donc j’ai sauté sur l’occasion. Le prix était alors fixé à 5000 roubles soit 71€.

excu 3
L’itinéraire de l’excursion numéro 3

Mais 5 heures avant le départ, j’ai reçu un message m’annonçant que les touristes de Hong-Kong voulaient « privatiser » leur groupe, et que du coup je serai seule avec… la slovaque !!! (Je ne cite pas son nom et c’est volontaire ;)). Le prix passant à 7000 roubles car nous n’étions plus que 2 personnes (100€). Je ne vais pas vous mentir, j’ai longuement hésité, je savais que je ne supportais pas cette fille (c’est devenu physique, après 1 mois de voyage en solo mon niveau de tolérance était quasi nul). Puis je me suis dit que j’allais faire comme si elle n’existait et j’ai confirmé ma présence.

1,
Cette photo me rappelle le désert de sel en Argentine… – Broken Boussole ©

Le départ était fixé à 8h et le retour prévu à 21h. C’est Maxim qui a de nouveau été mon guide. En quittant Irkoutsk nous avons traversé le village de Chelekhov. J’ai été intrigué par la statue avec le symbole « AL » (dédicace ;)) qui se trouvait à l’entrée de la ville. En fait, grâce à la rivière Angara, il y a plusieurs gisements d’aluminium dans la région, et il y a une énorme usine à Chelekhov. D’où l’hommage à l’aluminium et au tableau périodique.

En continuant notre périple, nous avons emprunté la route du thé vert, enfin l’une des routes du thé vert. Celle qui passe par la Chine, la Mongolie et la Russie. Le tracé de cette route était prévu pour le transport à cheval. A cause des nombreuses collines il y a de très très très nombreux virages. Avant la route n’était pas beaucoup empruntée mais maintenant oui. Il parait que c’est super challengeant pour les poids lourds. Et c’est aussi un enfer quand il neige.

1
On the road again – Broken Boussole ©

Après 2 heures de route nous avons pris un petit déjeuner dans une cantine qui offrait une vue sur la pointe sud du lac Baïkal. Pour 1,8€ j’ai eu grand café et 2 crêpes beurre/sucre.

Quelques dizaines de kilomètres plus loin, nous sommes arrivés dans la vallée de la Tounka, en République de Bouriatie. Et oui, j’en avais un peu parlé dans l’article sur l’excursion n°1, mais les bouriates possèdent leur propre république. Les républiques ont plus de libertés que les Oblast, mais elles sont quand même rattachées à la Russie.

2,
A proximité d’un temple bouddhiste – Broken Boussole ©

Pour un petit point culturel : ici, 3 religions cohabitent : le chamanisme (les pratiquants n’ont pas besoin d’édifice pour prier), l’orthodoxie et le bouddhisme. Dans la chaîne de montagnes qui entoure la vallée de la Tounka, une des montagnes regroupe ces 3 lieux de cultes. Autre information, traditionnellement, les russes peignent entièrement leurs maisons. Les bouriates peignent juste l’entrée et les fenêtres pour la décoration.

3,
Maisons colorées en République Bouriate – Broken Boussole ©

Après avoir serpenté dans la taïga sur des routes très enneigées nous avons découvert 2 observatoires dans la région Badary. Le premier n’est pas visitable.

4,
L’observatoire fermé au public – Broken Boussole ©

Mais le deuxième, situé à 5 minutes en voiture, oui. Ici, près de 256 satellites suivent les mouvements solaires. Ils sont disposés en forme de croix, dont chaque segment aligne 128 paraboles.

4
Le point de croisement des paraboles – Broken Boussole ©

Une vingtaine d’employés travaillent ici. Les scientifiques vivent d’ailleurs sur place, dans une maison en bois cachée dans la taïga. L’observatoire a été fondé en 1984 et il parait qu’on peut voir les paraboles sur Google Maps. Alors pourquoi implanter un observatoire solaire ici ? Vous avez dû remarquer sur mes photos qu’il fait beau en Sibérie ? C’est un des endroits les plus ensoleillés de Russie !

5
Les montagnes sayan en arrière-plan – Broken Boussole ©

Nous avons repris la route jusqu’à Arshan, une station thermale réputée, située dans le parc national de la Tounka. Ici nous avons découvert une « rivière de pierres« . Bon, j’imagine que c’est plus impressionnant en été, parce que comme vous le voyez sur la photo, on ne voit pas grand chose (pourtant c’est énorme, puisque ça remonte à mi-hauteur de la montagne derrière !).

7
La rivière de pierres sous la neige – Broken Boussole ©

Cette rivière s’est formée en seulement 4 heures en … 2014. L’éboulement titanesque a été causé par la pluie. Une personne « seulement » a été tuée car ça s’est passé pendant la nuit. Maxim nous a montré un immeuble d’Arshan juste à coté. Le bâtiment était assez abîmé à la base. En fait les pierres ont arraché tous les balcons jusqu’au 1er étage en se déversant…

Pour le déjeuner, nous avons dégusté des pozy, ces gros raviolis typiques de la région. Ce ravioli est gros comme mon poing. D’ailleurs ça se mange à la main car dans la culture bouriate, on offrait un pozy à un invité qui arrivait pour qu’il se réchauffe les mains. Sauf que, à l’intérieur il y a une boulette de viande et … plein de bouillon !

Les pozy et le tcheburek – Broken Boussole ©

J’ai donc préféré le couteau/fourchette. A coté j’avais commandé un tcheburek, pensant qu’il ferait la même taille que celui d’Olkhon, sauf qu’il était beaucoup plus gros. Résultat pour 3,6€ (bouteille d’eau comprise), je n’ai pas réussi à finir mon assiette…

Pour digérer, nous avons fait une longue marche dans le parc d’Arshan, avec un chien errant qui nous a suivi partout pendant 2 heures ! Il était adorable.  A l’entrée du parc, un arbre de plus de 500 ans était entouré de rubans colorés, les vœux fait ici étant liés à la bonne santé des croyants.

11
Arriver ici ça se mérite ! 😉 – Broken Boussole ©
12
Mais j’avais un compagnon très sympa – Broken Boussole ©

C’est ici, depuis les montagnes Sayan que coule la rivière kungurna qui veut dire tambour en bouriate 😉 La cascade et la source ne gèlent jamais !

La cascade étant couverte d’une fine couche de glace et de neige à certains endroits, mieux vaut faire attention ou on met les pieds ! Sinon on passe au travers – Broken Boussole ©

Nous avons pu goûter l’eau à la source (elle avait un goût de rouille) et apercevoir l’esprit de la source entouré de vœux.

L’esprit et la source, cliquez pour agrandir les images – Broken Boussole ©

En partant, nous avons traversé un marché de souvenirs, pour trouver des herbes et des foulards, ça se passe ici 😉

Le marché d’Arshan – Broken Boussole ©

Après une énième pause toilette de la slovaque (chaque arrêt équivalait à 20/25 minutes d’attente pour Maxim et moi, ce qui a entraîné un retard très conséquent sur notre planning…), on a quitté Arshan pour voir un cratère de volcan en sommeil. J’avoue, ça n’était pas du tout impressionnant (Ok, peut-être que je me suis emballée en pensant à l’Etna et au Piton de la fournaise…), et à cette heure là, ma seule envie était de rejoindre la source d’eau chaude pour me détendre. La dernière éruption remonte à 5000 ans.

17
Tadaaaaaam : voici le … cratère de volcan – Broken Boussole ©

Enfin, après cette dernière étape, direction Zhemchug pour se baigner dans une source d’eau chaude ! C’est le moment que j’attendais le plus ! Puis comme ça, l’air de rien, on a failli percuter une vache – oui comme dit précédemment, les chevaux et les vaches sont en liberté ici. Maxim étant en train de conduire en téléphonant (pour la slovaque !), j’ai pilé depuis mon siège passager en hurlant « Cooooooooow »… ça l’a pas mal fait rire… J’ai déjà du mal à laisser le volant quand je fais confiance aux conducteurs avec qui je monte, mais alors là je n’ai pas pu me retenir. Toi même tu sais maman… 😉

Passons. Je m’attendais à une source naturelle en pleine montagne. Quand on a pris la direction d’un village sur un plateau ça m’a interpellé… encore plus en voyant de nombreuses boutiques de massages et de hot-dog puis un bâtiment quelconque avec une pancarte indiquant Aquapark 55°C.

19
L’entrée dans la zone touristique de Zhemchug – Broken Boussole ©

C’était la destination finale ! En fait il y a 2 bassins sous un toit métallique à l’extérieur du bâtiment. On paye à l’entrée comme à la piscine, le tarif étant de 250 roubles soit 3,5€. Comme dans les gymnases de lycée, il y avait un vestiaire pour les femmes, un autre pour les hommes et des casiers. Au moment de notre arrivée, une famille russe se présentait à l’accueil, mais nous n’étions quand même que 7 pour les 2 bassins ! L’été il parait que c’est bondé !

20
Les bassins ! La neige qui s’accumule et la vapeur ! 🙂 – Broken Boussole ©

Puis le grand moment est arrivé : sortir en maillot et claquettes dehors. Ce jour-là il faisait chaud ! Seulement -12°. Être en maillot dehors n’est pas si difficile quand on est sec 😉  Sous le hangar, d’énormes blocs de glace se sont formés au niveau des armatures du toit, la source qui se déversait dans un des bassins provoquait un énorme nuage de vapeur : l’eau étant à 55° en sortant de la source 🙂

Nous avons tous rejoint le même bassin, dont l’eau oscillait entre 45 et 55 degrés selon l’endroit ou nous nous posions. Dans l’autre bassin la température est plutôt de 25/30°. J’ai passé 30 minutes délicieuses ! C’est juste énorme de pouvoir nager et se détendre dans une eau aussi chaude quand la température extérieure est négative. D’ailleurs, même à seulement -12° les cheveux gèlent 😉 Et bizarrement, c’est super agréable de se passer de la neige sur le corps avant de se replonger dans l’eau !

Une petite vidéo des bassins, vous entendez le bruit de la source ? – Broken Boussole ©

Par contre, la sortie a été difficile, surtout quand la fine serviette gelée se colle à la peau et que les claquettes restent soudées dans la neige et s’accrochent aux paillassons en plastique… 😉 De retour dans le vestiaire, j’ai réussi à discuter avec la famille russe, c’est une petite fierté. Avec mes 30 heures de cours, j’ai réussi à indiquer 2 fois le chemin à des russes à Moscou, et à discuter avec quelques personnes entre St-Pétersbourg et Zhemchug 🙂

18
Le début de coucher de soleil – Broken Boussole ©

Pour finir, nous sommes rentrés avec 2 heures de retard à Irkoutsk. Notre arrivée à plus de 23 heures étant dû aux pauses à rallonge de la slovaque – qui vous l’aurez compris m’a exaspéré du début à la fin ! Une journée aussi longue c’est usant, heureusement que je n’avais rien prévu le lendemain parce que je me suis levée à midi !

 

6 commentaires sur « 1 mois en Russie : excursions au cœur de la Sibérie en plein hiver »

  1. Salut ! Super article et très belles photos ! Je pars en Russie fin décembre, je serais à Irkoutsk du 29/12 au 02/01, d’habitude je déteste passer par des agences de voyage mais ton article m’a donné envie et nous ne savons pas encore quoi faire à Irkoutsk. Je voulais juste savoir quand tu as réservé tout était compris dans le prix que tu as payé ? Activité ? Logement ? Nourriture ?
    Merci !

    J'aime

  2. Bonjour,

    Je vais aller au Lac Baikal en février et j’avoue que les voyages organisés ne m’ont jamais tentée mais c’est peut-être plus sûr pour cette fois.
    Je me demande juste si on a vraiment le temps de profiter de chaque endroit ou est ce que c’es très chronométré ? Parce que la description des séjour a l’air vraiment minutée.

    Merci beaucoup !

    J'aime

  3. Bonjour,

    N’étant pas non plus très « voyages organisés », je ne regrette pourtant pas ce choix pour le lac Baïkal. Je pense que tout dépend du temps que vous pouvez passer sur place. Avec un créneau de seulement 3 jours, il est pratique de se laisser porter par le séjour organisé. Si j’avais eu 15 jours à passer là-bas, j’aurais sûrement organisé mon périple moi-même. Par contre, comme j’y suis allée en février je peux le dire : quand certaines activités sont un peu plus chronométrées on ne se plaint pas forcément, parce qu’à -30°, on est toujours content de remonter dans l’UAZ pour refaire un bout de route avec du chauffage 😉

    J'aime

  4. Bonjour,
    Vos retours d’expérience sont d’une aide précieuse, je prépare mon séjour en mars prochain : irkoutsk, quelques jours d’excursion et retour à Moscou avec le transsibérien.
    Je souhaite vous poser quelques questions :
    – la « balade » en UAZ est-elle difficile pour le dos ?
    – hôtel yakovlev ? ou l’auberge wanna sleep ? Pareil que vous, j’ai passé l’âge du dortoir
    – vous n’auriez pas vu un endroit où ils louent des articles genre bottes, gants, adaptés ?

    Merci d’avance pour vos réponses,
    Muriel

    J'aime

  5. Bonjour,
    Concernant la balade en UAZ, nous avons été bien secoués, notamment sur les « routes ». Sur la glace, aucun problème, les surfaces sont assez planes.
    Pour l’hôtel : Yakovlev à l’avantage de proposer des salles de bain privées dans les chambres, alors que même pour une chambre individuelle au Wanna Sleep, les douches/WC sont partagés.
    Pour la location sur place, peut-être que certaines agences proposent de prêter des articles, mais si jamais il vous manque des vêtements chauds, vous pourrez en acheter sur place 😉
    Bon séjour !
    Marine

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s