Promenade photographique dans le centre historique de Rennes

Quand on vit dans une ville, on s’habitue à son charme, et on ne fait même plus attention à ce qui la caractérise. Quand je vivais à Paris, j’empruntais la ligne 6 tous les jours pour rejoindre mon bureau. Chaque matin et chaque soir, depuis cette ligne aérienne qui enjambe la Seine entre Passy & Bir-Hakeim, j’avais une magnifique vue sur la Tour Eiffel. Au bout d’un an, je ne levais même plus la tête pour l’admirer… À Rennes, j’ai très rarement pris mon appareil photo pour une sortie photographique, ça a dû m’arriver une ou deux fois en 20 ans.

J’y ai remédié la semaine dernière, après plus de 2 mois sans mettre un pied dans le centre-ville. Bien sûr, ces photos ne reflètent pas la ville telle que je la connais. C’était très étrange de ne pas voir les auvents et les tables sur les terrasses de la place Sainte-Anne & du Champ Jacquet !

Par contre, ce qui m’a fait rire, ce sont les commentaires entendus pendant ma visite, du genre « mais qu’est-ce qu’elle prend en photo ? » (NB : les mosaïques Odorico de la rue d’Antrain – mes préférées !) accompagné d’un second commentaire « wahou mais c’est super beau, j’avais jamais fait gaffe » 😉 Trêve de discours, partons en visite ! Et pour la photo de couverture de l’article : Rue Vasselot – Broken Boussole © 

Architecture rennaise : entre histoire & modernité

Ma promenade a débuté sur la place Sainte-Anne, entre le couvent des Jacobins & la basilique Saint-Aubin en Notre-Dame de Bonne-Nouvelle.

0
Sainte-Anne & ses terrasses toujours fermées… – Broken Boussole © 

Dans un article précédent, j’indiquais que je comptais visiter le couvent lors de l’exposition Pinault cet été. Raté, l’exposition est reportée à l’année prochaine !

1 - Ste Anne couvent
Pans de bois, couvent & basilique – Broken Boussole ©
3
Histoire & modernité n’est-ce pas 😉 – Broken Boussole ©
2
Le couvent, ou je n’ai mis les pieds que pour un salon en mars – Broken Boussole ©

Depuis Sainte-Anne, j’ai déambulé dans les rues Pont aux foulons et Penhoët pour photographier les maisons à pans de bois et admirer les hermines qui sont visibles depuis l’année dernière aux rez-de-chaussée des bâtiments en rénovation. Merci l’opération « Bonne kozh » 😉

4
Rue pont aux foulons – Broken Boussole ©
5
Les hermines de la rue Penhoët, clin d’œil symbolique à la région – Broken Boussole ©

J’ai poursuivi mon chemin vers la place des Lices, où d’autres hermines se cachent, avant d’arriver aux portes Mordelaises qui sont actuellement en travaux.

6
Hermines en vue ! Place des Lices – Broken Boussole ©
7
Pans de bois place des Lices – Broken Boussole ©
8
Un morceau de rempart, un aperçu des portes Mordelaises et de la cathédrale… J’ai cadré ce que j’ai pu pour éviter la rubalise, les échafaudages et les ouvriers 😉  – Broken Boussole ©

Juste à côté, près de la Cathédrale Saint-Pierre, les rues sont propices aux photos (et aux sorties en temps normal) : la rue Saint-Guillaume pour admirer la maison Ti Koz, la rue de la Psalette ou encore celle du Chapitre.

14
Cathédrale Saint-Pierre de Rennes – Broken Boussole ©
9
Maison Ti Koz, 1505. El Teatro, 2020 🙂 – Broken Boussole ©
10
Approchez-vous, et admirez ! – Broken Boussole ©
12
Rue de la Psalette – Broken Boussole ©
13
Rue de la Psalette, version GoPro & cycliste – Broken Boussole ©

Après avoir longé la basilique Saint-Sauveur, j’ai fait un crochet rue de Toulouse pour ensuite rejoindre la place du Champ Jacquet.

15
Boutique ouvragée rue de Toulouse – Broken Boussole ©
16 - Place du champ jacquet
Le champ Jacquet, sans terrasses mais toujours de guingois 😉 – Broken Boussole ©

Maintenant, direction le parlement de Bretagne. Un bâtiment qui a échappé à l’incendie de 1720 (incendie qui a détruit près de la moitié de la ville de Rennes), mais qui n’a pas résisté aux manifestations de 1994… Je dois admettre que je n’ai toujours pas mis les pieds à l’intérieur, alors qu’apparemment la visite vaut le détour !

17
Le parlement de Bretagne, sous une météo bretonne – Broken Boussole ©

La rue Saint-Georges n’est qu’à 2 pas, profitez-en pour l’admirer si vous partez à l’Est !

18
La rue Saint-Georges, et sa célèbre librairie – Broken Boussole ©
19 - rue st georges
Ici aussi, on croise des hermines – Broken Boussole ©
20
Toujours cette passion du détail… ❤ – Broken Boussole ©

Si vous allez à l’Ouest, rejoignez la place de la mairie, pour voir l’hôtel de ville (encore plus beau lors des illuminations de Noël) ou l’Opéra.

23
Illuminations sur l’hôtel de ville, en 2018 – Broken Boussole ©
21
L’Opéra, depuis la place de la mairie – Broken Boussole ©

Pour redescendre vers République, j’ai emprunté la rue Baudrairie, toujours pour plus de photos d’architecture et de street art !

24
Vision anachronique, rue Baudrairie – Broken Boussole ©

Vous avez remarqué la petite mosaïque sur la photo rue Saint-Georges ? Non, et bien levez les yeux ! Vous pourrez admirer des fenêtres en trompe l’œil, des niches ou encore des radis !

34
Mon trompe-l’œil préféré ! – Broken Boussole ©

Cliquez pour agrandir : niches, street-art & radis – Broken Boussole ©

Pour ceux qui se posent la question depuis plusieurs années, les radis sont créés par Ar Furlukin, un artiste passionné de radis (oui, ça existe).

27
En parlant d’art, l’entrée au musée des beaux-arts de Rennes coûte 6€ 😉 – Broken Boussole ©

Pour plus de pans de bois, je vous invite à rejoindre la rue Vasselot de l’autre côté de République, n’hésitez pas à acheter des rouleaux de printemps au poulet « Au bol » que j’ai oublié de citer dans mon article sur les adresses gourmandes en Ille-et-Vilaine.

25
République, palais du commerce – Broken Boussole ©

C’est bien simple, c’est la seule adresse ou j’achète ce plat 🙂 À déguster en marchant le long des quais 😉

26
La Vilaine, les quais, Rennes – Broken Boussole ©

Rennes & les mosaïques d’Odorico

Mais ce qui est encore plus intéressant à Rennes, c’est de pouvoir admirer les mosaïques d’Odorico gratuitement 🙂 La semaine dernière, j’ai rejoint la rue d’Antrain, la rue Gambetta, l’avenue Janvier et la rue Joseph Sauveur pour réaliser quelques clichés.

35
La maison d’Odorico à Rennes – Broken Boussole ©
36
Des mosaïques à perte de vue – Broken Boussole ©
37
Mais des tons sobres 😉 – Broken Boussole ©

Isidore Odorico était un mosaïste, footballeur, dirigeant et président du SRFC. Je connaissais le nom Odorico bien avant de connaître tout ce qu’il avait apporté à la ville de Rennes et à une centaine de villes du Grand Ouest.

41
Un immeuble décoré par Odorico sur l’avenue Janvier – Broken Boussole ©
42
Du rez-de-chaussée au toit ! – Broken Boussole ©
44
Photo macro des mosaïques sur l’avenue Janvier – Broken Boussole ©
43
Sous les balcons, la vue est aussi magnifique 😉 – Broken Boussole ©

En effet, le centre de formation du Stade Rennais porte son nom. Outre sa passion pour le ballon rond, Odorico était surtout un mosaïste de talent. La famille Odorico (sur plusieurs générations) a réalisé de nombreuses décorations à la mosaïque sur les bâtiments rennais.

45
Les bains St Georges, avenue Gambetta – Broken Boussole ©
46
Zoom ! Impossible à faire avec un smartphone 😉 – Broken Boussole ©

Les mosaïques sont tellement fines qu’en zoomant avec un iPhone, on ne s’aperçoit pas forcément du travail réalisé par Odorico. Mais cette fois, avec un bon appareil photo, le résultat n’a rien à voir 😉

40
Mes mosaïques préférées, rue d’Antrain – Broken Boussole ©
39
Encore une fois, ça fourmille de détails ! – Broken Boussole ©
38 - Odorico Rue d'Antrain
Alors, on comprend mieux pourquoi je photographie le bâtiment ? – Broken Boussole ©

Impossible de ne pas parler de la piscine St-Georges ici. Elle possède à l’intérieur comme à l’extérieur, de nombreuses mosaïques !

47
La piscine Saint-Georges en plan large – Broken Boussole ©
50
On se rapproche un peu plus de l’entrée et des mosaïques 🙂 – Broken Boussole ©

Ces couleurs… – Broken Boussole ©

J’en profite pour vous montrer une photo prise pendant le festival des tombées de la nuit. Pendant quelques jours, nous avons pu nager sous une lune de 7 mètres de diamètre installée dans la piscine St Georges.

53
« Museum of the Moon » de Luke Jerram, oeuvre installée au dessus de la piscine St-Georges pendant les tombées de la nuit en 2017 – Broken Boussole ©

Parcs & jardins rennais

Après avoir gambadé dans le centre-ville, j’ai rejoint le Palais et le jardin St-Georges, pour une première pause. Construit au 17ème siècle, le palais, les arcades et le jardin à la française sont propices à la photo 😉

54
Palais & jardin St-Georges, oui on aime beaucoup les Georges à Rennes 😉 – Broken Boussole ©
56
Sous les arcades du palais – Broken Boussole ©

L’occasion de profiter d’une belle vue – Broken Boussole ©

Mais bien sûr, impossible de ne pas clôturer cet article sans flâner au Thabor. Pour une promenade un peu plus sportive, j’y suis entrée par la rue de Paris, ce qui m’a permis de prendre quelques photos rue Martenot. Pourquoi plus sportive ? Parce qu’il y a une sacrée volée de marches à grimper du côté des catherinettes 😉

59
Le mur d’eau de Marta Pan, rue Martenot – Broken Boussole ©
60
Eglise du Thabor, rue Martenot – Broken Boussole ©

Le parc du Thabor est référencé comme l’un des plus beaux jardins publics de France. Au 17ème siècle, les moines de l’Abbaye Saint-Melaine ont baptisé le Thabor de son nom, en référence au Mont Tabor situé en Israël.

61
En entrant au Thabor par la rue de Paris – Broken Boussole ©
62
Du côté des Catherinettes – Broken Boussole ©
63
La cascade des Catherinettes – Broken Boussole ©

Au milieu du 18ème, les bénédictins ont ouvert la promenade du Thabor aux hommes. Pendant la révolution, l’évêque sera chassé, et le jardin (qui lui était exclusivement réservé !) devient accessible à tous.

Un petit tour du côté des paons du Thabor ? – Broken Boussole ©

77
Ou de la volière ? – Broken Boussole ©
78
La volière du Thabor – Broken Boussole ©
79
Indiscrétion photographique 😉 – Broken Boussole ©

En 1867, le paysagiste Denis Bühler dessine un jardin à la française, un parc paysager et un jardin botanique sur l’ancien domaine des bénédictins. En 1899, les catherinettes ont été intégrées au parc.

67
Personnellement je préfère la roseraie, surtout en Mai ! – Broken Boussole ©

Quelques variétés de roses en Mai 2020 :  King’s Mark, France Libre, Rose Paparazzi, Oncle Walter, Kimono & Happy Dance – Broken Boussole ©

74
Même les murs du Thabor sont colorés de roses – Broken Boussole ©

Après un passage devant l’orangerie et le kiosque, j’ai rejoint le carré Du Guesclin pour retourner à mon point de départ par la rue Saint-Melaine.

75
L’orangerie du Thabor – Broken Boussole ©
76
Le kiosque du Thabor – Broken Boussole ©
80
Le carré Du Guesclin, la colonne de juillet, et l’église Notre-Dame en Saint-Melaine – Broken Boussole ©

En bref, ce parc est génial, beau, agréable, bien situé… Il a tout pour plaire, et autant dire que c’était blindé de monde la semaine dernière 🙂

81
Parc & église, sous un ciel bleu… – Broken Boussole ©
82
Eglise Notre-Dame en Saint-Melaine – Broken Boussole ©

Ainsi s’achève cette visite dans le centre-ville de Rennes. J’en profite pour faire un aparté : vendredi dernier, je suis allée au Mont-Saint-Michel. L’occasion de voir ce lieu d’une façon unique : vide ! Enfin si l’on excepte les goélands & les chats. La Normandie risque d’être à l’honneur sur le blog prochainement 😉

83
Rue Saint-Melaine, direction la place Hoche pour récupérer la voiture ! – Broken Boussole ©

À très bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s